Le vignoble de Saint-Emilion s'étend sur 5 400 hectares composés de quatre grandes variétés de sols, représentatifs des terroirs. Le vin de Château Meylet est le produit de plants se développant sur des sols sablo-calcaire, de crasse de fer et de graves. L'encépagement des 2 hectares est constitué à 75% de Merlot et 25% de Cabernet Franc et Sauvignon. Un équilibre représentatif de Saint-Emilion avec une forte dominante Merlot.

Formé de parcelles distinctes, Château Meylet correspond donc à une complémentarité de terroirs. Dès ses débuts de vigneron, Michel FAVARD s'est intéressé à la composition de ses sols. Il a notamment pu travailler à leur "appréhension" avec l'un des meilleurs spécialistes des terroirs, Kees van Leeuwen.

La biodynamie

L'importance que Michel FAVARD accorde au respect de la terre le conduit à s'intéresser à différentes pratiques. Si le vignoble est aujourd'hui travaillé en biodynamie, c'est grâce à la curiosité de son vigneron qui fut un précurseur en Gironde. La découverte de l'agrobiologie au début des années 1980 le rassure sur ses convictions et lui ouvre les premiers cercles de la biodynamie, en 1985. Des pratiques qui correspondent en tout point à ses attentes : "Il s'agit d'apporter à la plante les forces nécessaires pour qu'elle puisse résister, tout en préservant l'ensemble de ce qui constitue la vie naturelle de la terre et de la plante" explique Michel FAVARD.
Depuis 1987, toutes les parcelles sont ainsi cultivées en utilisant des produits et pratiques adaptés, selon un calendrier en adéquation avec le cosmos. En 2010, Château Meylet a aussi choisi de réintroduire le cheval de labour sur une de ses parcelles en remplacement du tracteur.

Âge moyen des vignes : 60 ans.
Densité moyenne : 7 000 pieds/hectare

vendanges famille